Coucou mes Copines

 

Vous avez vu ma nouvelle bannière 

et mon fond de page

Ils sont beaux n'est ce pas

Je n'ai aucun mérite

C'est l'oeuvre de ma très chère Amie Catalane

ma ROSA

Merci Rosa c'est exactement ce qui convient à mon blog

des épis de blé .

 

Espigaou est un mot Provençal qui veut dire 

Épis de blé sauvage,

 

                      =========

 

 Notre amie du blog Obsolescences surannées

nous ouvre ses portes pour nous offrir un joli cadeau

DSCN0783

Elle a beucoup d'imagination

regardez comment elle a transformé une horloge

en globe de mariée

 PICT0014

Allez lui rendre visite de ma part et participez à son jeu

Je vous souhaite bonne chance

 

                            ============

Une petite histoire ça vous dit

Je vous avertis ça va être long, installez vous

confortablement avant de commencer

                                                            =====

 

C'est une jeune femme qui a une belle situation

un magnifique appartement en centre ville,

et quelques amis

 

Nous sommes début juillet, elle est en vacances

ce premier jour de vacances lui paraissait triste

c'est pas que le bureau lui manquait vraiment

c'est surtout qu'elle n'avait aucune occupation.

Ce matin là, elle fit le bilan de sa vie

une vie vide, des amis sans intérêt,

un travail qui lui offrait une vie confortable

mais qui était ennuyeux.

Enfermée dans un bureau où les saisons passaient

sans qu'elle ne s'en aperçoive

dans ce centre de bureaucratie où la nature avait fui.

il restait seulement quelques arbres chétifs.

Un samedi morose comme tous les week-end

elle décida d'en finir avec cette vie superficielle

elle désirait et attendait autre chose de la vie.

 

Elle prit sa voiture, quelques vêtements, 

Enfila un jean, des sandales,

fit le plein de sa voiture,

et prit la route,

s'arrêta chez un chausseur

pour acheter une paire de basket

et une paire de chaussures de marche,

ainsi que des chaussettes

Il y avait plus de 15 ans

qu'elle n'avait porté ce genre de chaussures

elle retira un peu d'argent au distributeur de sa banque 

fit le plein de sa voiture 

et prit une route au hasard,

surtout pas d'autoroute, 

uniquement de petites départementales

et des chemins sillonnés de fleurs sauvages,

de collines, de cours d'eau,

rouler lentement vitres baissées

écouter le chant des cigales et des oiseaux

à la place de la radio.

Arriver dans des lieux dits, des hameaux, des villages

souvent habités seulement par des chats errants.


S'imaginer l'histoire des anciens habitants, 

leur vie de labeur et de petits bonheurs entourés d'enfants

de rires, de joies et parfois de petits bobos sans gravité.

 

Au fur et à mesure son visage changeait, son teint terne

prenait de jolies couleurs rosées,

ces yeux avaient une nouvelle expression

son regard brillait, elle se sentait légère

elle avait envie de chanter, de virevolter dans ces prairies

dont elle avait oublié la beauté et le parfum.

 

Elle déjeuna dans une petite auberge

d'une omelette aux truffes accompagnées 

de tomates à la Provençale, et d'une tarte aux abricots

Puis repris sa route par les petits chemins

 

Elle s'arrêta dans un village

qui paraissait déserté de toute âme

Une maison attira plus particulièrement son regard.

Elle s'arrêta, s'avança de la maisonnette

passa sous la tonnelle où une glycine

avait avait envahi les lieux.

La fenêtre n'avait plus de carreaux

elle regarda l'intérieur 

et vit une cuisine sans vie.


Une immense porte de bois avec un loquet rouillé

barrait l'entrée de la maison.
Elle tira le loquet et entra

elle y découvrit des assiettes cassées,

des rideaux déchirés, 

une table de bois poussiéreuse,

2 chaises paillées,

un sol dallé de pare-feuille,

des portes de placard arrachées 

Elle y découvrit la tristesse de l'abandon.


Finalement cette maison lui ressemblait beaucoup

"oui, la tristesse de l'abandon"

comme elle qui était abandonnée de toute passion, 

abandonnée de vraie vie.

 

Elle se sentit tout de suite comme chez elle.

Cette maison lui était destinée, elle le ressentait bien

Ces sentiers l'avaient conduite jusqu'à elle

comme s'ils savaient qu'elle allait y trouver.........quoi?

 

Elle aurait bien voulu redonner vie à ce village

Elle aurait planté dans les auges vides

qui sont devant cette maison

de la menthe sauvage et du lavandin

que l'on trouve dans la garrigue

et peut être un jasmin qui viendrait

se mélanger à la glycine.

Nettoyé le sol de pare feuilles,

ciré la table,

remplacé les vitres cassées de la fenêtre

Repeint les persiennes

en "bleu charrette" couleur de la Provence

Remplacer les rideaux par d'autres identiques

à ceux qu'avait choisi 

la précédente occupante.


Elle prit l'escalier qui montait aux chambres

la rampe de fer forgé par chance était intacte

quelques carreaux de terre cuite

manquaient ou étaient fendus

Il ne serait pas difficile de les remplacer

toutes les maisons alentours avaient les mêmes

on avait qu'à se servir.

 

Dans la chambre,

un grand lit trônait au milieu de la pièce

le matelas était sali et déchiré par endroit

une magnifique armoire provençale était adossée au mur

Une table de toilette avec son marbre,

une table de nuit près du lit

dans une alcôve un divan crevé dans le centre 

le tout très sale et poussiéreux.

Le plafond tapissé de toiles d'araignée.

Elle pensa tout haut

"Si les araignées avaient élu domicile 

c'est que la maison était saine."

 

La fenêtre donnait sur le devant de la maison

avec une superbe vue sur la colline environnante.

La deuxième chambre tout aussi grande

possédait 2 lits d'une place en fer forgé

les matelas dans le même état que précédemment

une jolie commode, 1 table de nuit

et une alcôve avec un coin toilette.

 

C'était décidé ce serait SA maison.

Elle nota le nom de ce village

et l'emplacement de la maison

et se rendit au village voisin

car la nuit n'allait pas tarder à tomber,

Elle prit une chambre dans un hôtel

et se renseigna sur ce village.


L'hôtelier lui dit que ce village était abandonné

depuis plusieurs décennies

Elle lui dit qu'elle désirait acheter une maison

Il lui indiqua où se trouvait le notaire

chargé des successions et des ventes.

 

Après une nuit de bon sommeil et

un succulent petit déjeuné,

elle se rendit chez le notaire

qui fut très surpris lorsqu'elle lui dit qu'elle désirait

acheter une maison dans ce village.


Il lui répondit qu'il n'y avait pas de problème,

étant donné qu'il n'y avait aucune succession

il lui suffirait de payer

les 15 années d'arrièré de la taxe foncière,

ce qui n'étaient pas très important pour ce village.

La transaction se fit rapidement.

 

Elle chercha un maçon pour les premiers travaux importants

Envoya sa lettre de démission dans son entreprise

et une lettre à l'agence immobilière

pour leur demander de mettre sa maison en vente.

 

Le lundi suivant les travaux commencèrent 

le maçon très compétent,

habitué à reprendre de vieilles maisons,

la conseilla judicieusement.

entre les 2 chambres un escalier montait dans une paillère

ou l'on pouvait faire soit de nouvelles chambres

et si une des chambres du 1er étage était superflu

on aurait pu faire un salon de lecture,

ou un atelier de peinture ou réunir les 2 chambres

pour en faire une très grande suite parentale.
cette dernière idée lui plu.

 

Dans la parcelle de terrain attenant à la maison

il y avait un mignon cabanon,

où plus tard si le besoin s'en faisait sentir

se  transformerait en un beau studio

pour recevoir ses amis.

 

Le devant de porte d'entrée

fut carrelé de pierres bien taillées

La cuisine fit office de salle à manger et salon 

car elle occupait toute la surface de la maison.

 

Le maçon lui conseilla si elle avait besoin

d'un jardinier pour aménager son terrain

de prendre celui qui habitait

la maison tout au bout du hameau,

à ses dires il était très compétant

et raisonnable dans ses prix.

Elle était très étonnée d'apprendre

qu'une famille habitait ce même village

Le maçon l'informa qu'au bout du petit sentier

qui allait vers les hauteurs

il y avait une autre maison habitée à l'année

par un artiste peintre, amoureux de la nature,

qui vivait en retrait du monde.

 

Pendant les travaux

elle en profitait pour courir les boutiques

afin d'acheter le nécessaire à sa future vie

les matelas, une cuisinière, un poêle

de jolis meubles choisis

chez les antiquaires et brocanteurs du coin.

et tout ce qu'il fallait pour démarrer une nouvelle vie.


A la fin de la semaine les travaux avaient bien avancé

l'épouse du maçon que nous appellerons Joséfa

vint l'aider au nettoyage

elle lui offrir un joli chaton qui lui tiendrait compagnie,

quelques pots de confiture, un grand panier

des légumes et fruits de son jardin.

 

Petit à petit sa nouvelle vie s'installait,

Joséfa venait de temps en temps l'aider

et lui expliquer la vie à la campagne,

comment faire les confitures, les conserves.

 

Le jardinier avait commencé son travail

elle lui avait laissé carte blanche en lui expliquant

qu'elle désirait que ça paraisse naturel, 

qu'on ne sente pas trop la main de l'homme.

Un mois plus tard lorqu'il eut terminé son travail

Il l'appela.
(Je ne sais si vous avez une idée du jardin d'Eden

mais ça lui ressemblait.)

Au fond du jardin il avait prévu une allée d'arbres fruitiers

derrière lequel il restait un grand carré de terrain

où elle pourrait faire des légumes.

Elle s'entendit de suite avec lui

pour qu'il vienne régulièrement entretenir le jardin

et s'occuper de planter des légumes

 

Puis elle reprit la route pour voir l'agence immobilière.

Régler ses dernières formalités.

Prendre dans la maison ses objets personnels

Elle retourna à l'agence pour leur remettre les clefs 

 

Elle pensait passer la nuit,

mais après avoir goûté au silence

et à la beauté de sa nouvelle maison 

c'était impossible

Elle reprit donc la route

 

et la vie continua comme elle l'avait désiré.

Elle fit quelques connaissances à la ville.

Elle fit des confitures de ses arbres

qui commençaient à donner

et qu'une épicerie fine lui achetait.
Ce qui lui faisait un complément pécunier

la vente de sa maison de la ville avait été placé

à un bon taux qui lui garantissait

un revenu mensuel suffisant.
Elle n'avait pas de grands besoins,

le potager lui fournissait

l'essentiel de son alimentation.



Arrive Noël

son premier noël qu'elle allait fêter

seule avec son chaton

Mais Joséfa vint l'inviter au réveillon 

comme on fait en Provence

Bien entendu elle accepta.

Elle s'acheta une jolie robe toute simple

pour ne pas mettre ses hôtes mal à l'aise

alla chez le coiffeur,

ses cheveux en avaient bien besoin

et le soir venu

chargée de cadeaux elle se rendit chez ses amis

Elle fut surprise

la maison était pleine de rires et d'enfants 

qui couraient de tout coté.
Joséfa qui était d'origine Italienne

avait l'habitude d'inviter toute sa famille

qu'elle ne voyait qu'à Noël .

L'ambiance était joyeuse,

tout naturellement tout le monde l'embrassa

et lui fit la conversation

(avec les mains, elle ne comprenait pas l'Italien)

Comme si elle était de la famille.

 

Elle eut un moment de tristesse en pensant

à tous les Noëls qu'elle avait passé avant

qui était si factice et snob, où elle s'était tant ennuyée

 

La nuit passa comme un éclair

au petit matin Gino le frère de Joséfa la raccompagna.

A 13 heures on vint la chercher pour le repas,

où l'on mangerait les restes.

Tout naturellement sa place se trouvait à coté de Gino.
Gino était un charmant jeune homme, très gentil et prévenant 

il parlait un peu le Français, ce qui était plus pratique.

 

Toute la famille devait partir 2 jours plus tard.

Gino se faisait un plaisir de se promener en sa compagnie

Le dernier soir elle invita tout le monde pour un au revoir.

Gino l'aida gentiment aux préparatifs.
Puis tout le monde se quitta en se promettant

de donner de ses nouvelles

 

Le charme, la conversation de Gino lui manqua

un peu au début

Puis de plus en plus.
Elle reçu une carte de lui pour la bonne année

puis une pour la Pâque,

et un jour sans prévenir personne, il arriva.

 

Le lendemain Joséfa la pria de venir chez elle

elle avait à lui parler.

Lorsqu'elle arriva Gino était assis sur le canapé

il se releva et lui administra 2 grosses bises sur les joues.

Joséfa lui dit

"Mon frère voudrait vous parler"

et comme il bafouillait pris de timidité

lui si témérire d'habitude avec les femmes.
C'est sa soeur qui prit la parole

"voilà depuis noël mon frère pense beaucoup à vous

et il voudrait savoir s'il peut avoir un espoir"

Elle répondit de suite

"moi aussi je pense à beaucoup à lui,

nous avons tellement de points communs"

"Alors si vous êtes d'accord on va fixer les fiançailles

et la date du mariage"

"Non le mariage ce n'est pas possible,

jamais je ne quitterai ma maison où j'ai enfin trouvé

ce que je recherchais depuis très longtemps

Mais Gino à son travail en Italie donc ce n'est pas possible"

Elle repartit chez elle les joues innondées de larmes

 

A SUIVRE

 

                      ===========

 

J'ai acheté cette plante que je ne connaissais pas

mais que j'ai trouvée aussi belle qu'une orchidée,

le parfum en plus

 

DENDROBIUM NOBILE

Les fleurs ressemblent aux fleurs de l'orchidée

mais elles sont parfumées et plus fournies

le parfum est puissant 

entre le parfum du jasmin et du lys

 

P9060003 (1)

 

De plus près

 

P9010032

 

La tige est très épaisse

P9010038

 

Je ne connaissais pas cette plante

si l'une d'entre vous la connaît

qu'elle me dise si après floraison, elle refleurit

et comment doit on la garder en attendant?

Continuer de l'arroser ?

ou comme l'orchidée l'oublier dans un coin ?

 

Je l'ai envoyée à Nelly

"le mas des paillasses"

Pour les vendredis fleuris

 

Dendrobium nobile

 

JE VOUS EMBRASSE