COUCOU les Amies (is)

 

Je suis toujours en pause

ce billet était programmé

j'y ai rajouté des petits quelques choses

et deux doses d'amitiés

je sais que vous attendiez la suite de l'histoire,

je l'ai donc quand même publié.

 

 LES MOTS

plume du poète chez d'Evy

Evy nous demande faire un texte avec qui es-tu

 

Ce matin en partant prendre mon car pour me rendre à Aix

J'avais 18 ans

je trouve dans ma boite aux lettres

un merveilleux poème

sans signature

le texte est dactylographié

impossible de savoir de qui il est

toute la journée je me demandais

mais qui es-tu?...

deux jours plus tard un nouveau poème

comme le premier sans signature et dactylographié

Mais qui es-tu donc?

A cette époque pas d'internet 

donc impossible par ce biais de faire passer un message

lui demandant Qui es-tu?

et le remerciant

Pendant plusieurs mois j'en ai reçu ainsi

environ 1 à 2 fois par semaine

Je me levais plus tôt qu'à l'habitude

pour surveiller ma boite aux lettres

espérant entrevoir mon poète

Pendant 2 années je me posais la question 

Mais qui es-tu? mon talentueux poète

Je ne sus jamais qui il était

plus de 60 ans après je demande encore 
Qui es-tu?

c'était peut être sa façon de ne pas se faire oublier.

3 ans plus tard je me mariais et n'habitais plus chez mes parents

les poèmes ont cessé de garnir ma boite aux lettres

Cette histoire est vraie

Si par hasard il ou elle lit ce billet

qu'il ou qu'elle se fasse connaître
Maryse

 

Allez chez Evy elle a fait un merveilleux texte sur ce sujet

un petit clic ici et vous y êtes

 

                          =========

l'Atelier d'Arlette

Au départ je me suis trompée sur les mots d'Arlette

Bon je suis excusable je débute chez elle 

et j'ai atterri sur des mots qui n'étaient pas du jour

pour me faire pardonner 

je vous montre les 2 textes

En premier celui du jour 

les mots imposés sont :

complice, destinée, chaleur, écume, spectacle, équipage, braises, effluves,

mélopées, caravane, breuvage, nomade, revenir, répondre, rafraîchir, verser, ambre

 

voici mon texte

 

Un jour j'ai eu envie de connaître la vie que mènent les nomades,

j'avais assisté récemment à un spectacle gitan

dont les chants et la musique m'avaient enchantée,

cette mélopée était entrée dans mon corps comme des braises.

J'étais décidé,

j'allais profiter de mes vacances, pour vivre cette expérience.
Je louais une caravane que j'attelais à mon équipage.
Je partis sans avoir prévu un itinéraire.
Fin de journée j'arrivais sur une plage que je pensais déserte,

la chaleur était intense,

les effluves iodées venant de l'écume des vagues m'assaillirent

Des chants et des rires venant de l'autre bout de la plage m'attirèrent

je me dirigeais vers cette ambiance

Un groupe de gitans très complices m'accueillirent gaiement

il y avait quelques enfants qui s'amusaient à tourner

autour des caravanes et des tables installées sur le sable

Ils m'offrirent gentiment un breuvage ambré de leur fabrication,

qui m'a très bien rafraîchie en le versant ils en rependirent sur mes vêtements

Je les remerciais et m'en allais pour me changer,

la tête me tournait un peu, je m'allongeais et m'endormis

Le lendemain matin au lever du jour

j'avais la tête lourde et la bouche pâteuse.
Je compris que cette vie n'était pas ma destinée

et me préparais à revenir chez moi.
Maryse

 

                                                 ==========

2ème texte

nous demande un texte avec ces mots imposés

celui ci est celui dont je me suis trompée de date

mémoire, vie, briquet, besoin, paysage, perpétuer, s'épauler,

préparer, garder, se lever dure, simple, journalier, clair, blanc

voici mon texte :

Nous étions confinés dans les tranchées,

au milieu de ce paysage que je ne connaissais avant

venant du Sud de la France je n'était pas préparé à ce froid,

cette terre recouverte de neige

si blanche le matin et boueuse le soir

nous devions garder l'oeil bien ouvert,

la nuit lorsque le clair de lune ne nous éclairait pas

nous avions recours au petit briquet

de notre ami qui venait de l'Est de la France.
Nous nous épaulions car nous avions le lever dur

Aujourd'hui 11 novembre c'est un simple souvenir

que nous allons perpétrer à la mémoire

de nos amis qui ont laissé leur vie

Nous les survivants

n'avons pas besoin de cette commémoration,

c'est un souvenir journalier

qui est resté dans notre mémoire et nos coeurs

Ce devait être la der des der,

malheureusement il y en eu encore une en 1939

Maryse

                              ==============

Comme vous avez été plusieurs à me demander

 

lors de mon précédent billet

une suite à la petite histoire que j'avais faite suite

aux mots de chez Arlette

 

Le beau jeune homme qui s'appelait Philippe

après avoir passé un bon mois chez ses parents

reçut son affectation à l'hôpital de la ville voisine.

Il y avait une grande amitié entre lui et Apoline 

Lorsque ses jours de repos étaient assez longs

il revenait les passer chez ses parents

et bien sur ils reprenaient leurs discutions

comme si elles s'étaient interrompues la veille

Apoline était seule de son âge chez elle,

ceci ne l'avait jamais gênée

mais en grandissant  

peut être aussi la fréquentation de son ami Philippe

qui lui faisait entrevoir d'autres horizons

que jusqu'à présent elle ne soupçonnait pas

elle sentait le besoin de s'entourer

de jeunes filles et jeunes gens de son âge

de voir d'autres mondes, d'autres vies.
Elle avait besoin de se comparer aux jeunes de son âge.
Elle en formula le désir à ses parents

qui ne comprenaient pas très bien son désir.

Ils étaient tellement heureux tous les trois

qu'ils n'avaient jamais eu besoin de connaître autre chose

leur amour suffisait à les rendre heureux

elle aussi 

jusqu'à présent elle avait toujours été heureuse et satisfaite de sa vie

la compagnie de ses parents toujours à son écoute lui suffisait

De toute façon elle ne connaissait personne

à part ses parents et récemment le fils de ses voisins.

et ses parents ne voyaient comment elle pourrait

rencontrer d'autres jeunes gens

Elle réfléchissait comment faire comprendre à ses parents son besoin.

et comment pourrait elle faciliter sa rencontre avec d'autres amis
Puis elle trouva une solution qui lui paru appropriée,

partir dans une école où elle pourrait enfin rencontrer des personnes

de différents milieux, de différentes cultures

et ainsi se lier avec des personnes de son âge

Mais quelle école choisir?

il fallait bien se préparer et avoir de bons arguments

pour faire fléchir ses parents.
Elle avait pensé aux beaux arts en faisant prévaloir à ses parents

qu'une jeune fille cultivée aurait plus de choix dans ses relations

Les parents auraient préféré la musique, 

mais enfin les temps changent il finirent par céder.

Elle était toute excitée à cette idée.

Pendant ce temps Philippe continuait à venir

passer ses journées de repos chez ses parents

Elle lui confia son désir de changer d'horizon,

ce qu'il compris parfaitement

et la félicita de son choix pour les beaux arts, 

Il lui dit qu'une fois après avoir pris son indépendance

elle lui fasse signe, il lui présenterait quelques amis.

 

Le temps passe

Nous voilà en été et par là même les congés de Philippe

Philippe devait venir passer ses vacances au manoir.
Elle était ravi de le revoir 

et attendait avec impatience sa venue car elle comptait sur lui

pour l'aider à confectionner sa nouvelle garde robe

plus dans la mode estudiante

et lui demander s'il savait où elle pourrait loger à moindre frais.
Il lui promis de s'en occuper de suite car il fallait s'y prendre tôt

les locations intéressantes étaient prises d'assaut par les étudiants.

Il avait tenu sa promesse et 15 jours plus tard lui donna 2 adresses très intéressantes

et de plus très près des beaux arts,

il avait fait une réservation orale en attente de son choix.
Comme elle ne connaissait ni la ville

ni ce qui serait le plus intéressant elle se fia à son choix

les parents donnèrent un chèque de réservation

et remercièrent vivement le jeune homme 

qui leur levait une belle épine du pied.
Il promit de plus aux parents d'Apoline

qu'il resterait en rapport avec elle

et surveillerait ses fréquentations.

Tout cela semblait trop beau à Apoline, 

L'été lui avait paru bien long

Enfin la veille de la rentrée elle partit pour la ville

avec sa valise et son enthousiasme

Philippe l'attendait à la gare

Il la conduisit à son logement

qu'elle trouva très beau, moderne, bien ensoleillé, 

il lui semblait avoir trouvé le paradis sur terre.

Philippe toujours en gentleman lui fit faire le trajet

jusqu'aux beaux arts afin que le lendemain

elle puisse s'y rendre sans difficulté

puis la laissa s'installer dans son nouveau nid.
Ils avaient pris rendez vous dans un café non loin de chez elle.

Ils allèrent déjeuner ensemble, puis il la conduisit

vers la boutique qui lui sera utile pour acheter ses couleurs, toiles

et tout matériel qu'on lui demandera d'avoir.

Le soir venu, toute cette agitation

et excitation pour sa nouvelle vie l'avait épuisée,

elle s'endormit immédiatement comme un bébé..

Le matin elle se prépara soigneusement

et d'un pas léger se rendit au devant de sa nouvelle vie.

 

 (à suivre)

 

                              ==========

 J'ai terminé mes olives

cette année je n'ai fait que des noires,

il me reste beaucoup des cassées de l'année dernière

15jours dans le gros sel,

à remuer tous les jours et rajouter du gros sel

de temps en temps on en goûte une et

au bout de 15 jours l'amertume était passée

j'ai fait un bouillon avec thym, laurier, fenouil,

quelques grains de poivre

après infusion je l'ai passé

J'ai mis mes olives en pot  

que j'ai recouvert de ce bouillon 

et voilà le résultat

 

PA260002

 

                                        ===========

Je ne sais si vous croyez au coup de foudre

j'étais aussi très septique

jusqu' à un certain jour 

le 6 octobre 1964 au soir où je rencontrais un jeune homme

nous avons pratiquement passé la nuit à discuter

dans le salon de son lieu de travail.

Le 30 novembre 1964 à 15 heures nous passions devant Monsieur le maire

Alors d'après vous est ce un coup de foudre ?

je ne sais comment appeler cela

mais demain il y aura 52 ans que ça dure

52 ans, 4 beaux enfants, 9 petits enfants un plus beau que l'autre

et une merveilleuse arrière petite fille de 17 mois

qui renforce notre bonheur et illumine nos vieux jours

 

                               =========

 

Je vous avez parlé de mes amis ceux qui m'ont offert la chaise paillée

le mari est un artiste peintre, je vous montre son dernier tableau

qui je pense se prète bien à la crèche que nous allons faire pour Noël

 Affichage de tableau00001.jpg en cours...

 Bien entendu ce n'est pas son seul tableau

si vous êtes intéressée, il en vend à des prix plus qu'intéressants

et peut faire un sujet ou portrait à la demande.

 

                             ========

 Je remercie mes deux nouvelles abonnées

et leur offre ces quelques fleurs

pour leur souhaiter la bienvenue

les dernières roses que j'ai cueilli dans mon jardin

P9190009

 

Je vous embrasse