Coucou les amies (is)

 

Ce billet est un peu spécial

Depuis quelques temps nous pensions avec Cathy Rose et moi faire quelque chose ensemble

vous connaissez certainement ses talents de photographe que j'admire beaucoup.
Depuis plus de 3 ans je voyage sur ses pas, elle a le don de repérer d'un seul coup d'oeil les monuments que j'adore

et elle, elle aime bien ma façon d'écrire.
Nous avons donc eu l'idée puisqu'on se complétait d'inventer une histoire à 4 mains

elle m'a envoyé quelques photos et je devais inventer une histoire là-dessus.

Inventer est un grand mot car je me suis servie comme base d'une histoire vraie

qui s'est passée entre Lambesc et Pélissanne,

bien sur j'ai brodé dessus

autrement ce n'aurait pas été une histoire.

Effectivement en voulant élargir la route, les ouvriers sont tombés sur des vestiges

il a donc fallu dévier le tracé initial

rassurez vous les vestiges n'étaient pas

une ville entière comme dans mon histoire.

                         ---------

Ce village était en pleine expansion,

l'accés y était assez difficile par une route étroite

qui devenait dangereuse avec le nombre de véhicules

qui y circulent toujours croissant

pour rejoindre la grande ville à quelques kilomètres.

Le maire décida donc d'entreprendre des travaux

pour rendre l'accés plus facile.
Il contacta plusieurs mécènes pour une aide financière

car la mairie n'était pas très riche.

Puis vinrent les géomètres, les conseillers, etc...

Pour pouvoir agrandir cette route il fallait acheter

des terrains agricoles et quelques fermes.
Les discutions furent longues,

il fallait convaincre les résidents à vendre pour le prix offert par la mairie.
Les pourparlers durèrent plus d'une année.


Enfin les travaux purent commencer.
Ce fut un grand chantier, des pelleteuses, des grues

et toutes sortes d'engins arrivèrent .
Ils ne ressemblaient en rien aux engins agricoles

dont la population était habituée à voir circuler chez eux.

Après 1 mois de labeur à force de creuser

 un ouvrier fit appel à l'ingénieur chargé des travaux.

Il avait vu, pas vraiment vu, juste aperçu quelques chose d'inhabituel.
L'ingénieur est venu rapidement,

il connaissait bien son ouvrier et savait qu'il ne l'aurait pas dérangé pour rien.
Arrivé sur le terrain,

il comprit et fit arrêter immédiatement les travaux.

Il appela à son tour le Maire.
Effectivement ça posait un problème.
Ce qu'on apercevait semblait des vestiges très anciens.


Le Maire se souvenait avoir vu dans les archives de la mairie

que dans le temps, vers le moyen âge,

il y avait eu un tremblement de terre

et que tout une ville avait disparu, ensevelie.


Par précaution on fit appel à des experts, des archéologues.......
Les fouilles minutieuses commencèrent,

plus question de pelleteuses ou autre engins.

Il fallait déblayer pratiquement à mains nues, prudemment, doucement,

afin de ne rien abîmer de ce qui pouvait être sauvé.


Des journalistes régionaux avertis par on ne sait qui,

arrivèrent sur les lieux ;

beaucoup de curieux arrivèrent aussi.
Les articles régionaux furent repris par ceux de la capitale

qui ont attiré encore plus de monde.
On avait jamais vu ça dans ce petit village tranquille.


Les commerçants commençaient à doubler leur chiffre d'affaire,

quelques petits restaurants ouvrirent leurs portes

avec une nourriture saine du terroir toute simple,

un nourriture de la campagne avec les légumes de saison frais ramassés

et quelques champignons dont la colline les pourvoyait.

Des particuliers à la demande du maire

louèrent leurs chambres inoccupées aux visiteurs.

Bref toute la ville bénéficiait de ce nouvel essor.
On ouvrit même des hôtels de fortune puis de belles auberges.

La renommée du village ne tarda pas à se répandre.


Les fouilles avançaient.
C'était incroyable tout était intact,

les maisons, 

 

114196963

114197125

 

les outils de cette époque,

 

114197176

 

 

le lavoir municipal

 

114197179

 

le puits, 

 

114196950

 

Les 2 fours à pain de la ville 

Un à l'entrée du village

Belcastel (12)

 

l'autre à la sortie

Village de l'an mil (6) (1)

le charpentier et son atelier,

le tombereau près de son atelier prêt à être chargé

114196953

Le puits dans ce qui semblait être le centre de cette ville

114196950

 

le moulin bâti sur un tertre

 

114194922

 

 

et légèrement en retrait l'Eglise

 

114194913

 

Tout était intact, bien qu'ayant eu besoin de quelques petites restaurations 

par des mains expertes pour que l'on puisse vous les montrer

de la plus belle façon.

on avait l'impression de voir un film sur lequel on avait appuyé sur le bouton "arrêt sur image"

tout était figé dans l'attente que l'on clique sur "départ" pour reprendre vie et s'animer.

Puis dans un coffre on découvrit une liasse de parchemin dont l'écriture était inconnue

On fit appel à des scientifiques pour décoder ces écrits dont la langue n'avait plus cours.
Après plusieurs mois d'études ils pensèrent que ça ressemblait bien à du "félibre" 

on fit donc appel au président de l'association des défenseurs de la langue de Mistral.
Le Président accourut, il arriva le lendemain, car il habitait près d'Apt,

craignant tout de même à une farce

Après les présentations d'usage on le reçut à la mairie.

Il prit les manuscrits en tremblant et tout à coup il devint très pale

il était tellement ému qu'il ne put retenir ses larmes.

C'était en effet l'ancêtre de cette langue si chère à Mistral.

Il résuma pour l'assemblée succinctement ce qu'il venait de lire 

promettant de tout traduire dès le lendemain lorsqu'il serait revenu de ses émotions.

C'était le journal d'un jeune homme qui était séminariste

qui savait donc écrire et s'exprimer dans le patois de sa région,

Il racontait la vie de sa famille

il vivait seul avec sa mère, son père était parti en tête de son armée combattre les Maures

et on ne l'avait plus vu depuis des décennies seulement une fois par an un mot porté par un valet.

A la fin des écrits il y avait quelques dessins.

 

Les écrits s'arrêtaient la veille du séisme.
Le jeune homme faisait donc ses études au séminaire

- à cette époque les études se faisaient uniquement dans un séminaire

et étaient réservées aux familles bougeoises -

Lorsque les études étaient terminées ont pouvait être

prêtre, notaire, gradé dans l'armée de sa Majesté

ou receveur de la dîmee (équivalent des percepteurs actuels)

les métiers où il fallait savoir lire, écrire et compter.

Le jeune homme s'appelait Henry vivait avec sa Maman Isadora

Henry se destinait aux lettres il aimait écrire des poèmes en ver ou en prose

et avait commencé quelques nouvelles et même un début de roman.

Ses poèmes d'amour faisait bien comprendre qu'il souffrait d'un amour impossible

En effet il avait aperçu une jolie jeune fille du peuple 

 

114197170

 

qui allait rejoindre sa maman qui lavait son linge à la rivière

114197141

 

 

Une telle mésalliance était impossible

et la jeune fille était farouche, difficile de l'approcher

Il était certes, bien que jeune, déjà un très bel homme

 

Malheusement nous n'en saurons pas plus

le lendemain avait lieu le terrible tremblement de terre

on ne sait même pas si le jeune homme était au village 

ou au séminaire d'où il aurait peut être été épargné.

 

Le village bénifiera logtemps encore de sa renommée et

se développera d'une belle façon,

bien que certains regretteront la quiétude d'avant.

Maryse et Cathy

 

                                        =========

Pour la première fois je participe chez

                 Lady Marianne

              Ma chienne de vie

Je vous propose 11 LETTRES
nom féminin pluriel

Mot vieilli et qui signifiait petit présent,
petite récompense.

voici les lettres

A E E I U G G H N S T
 

LE PETIT JEU DE LETTRES - ( 99 )
Le mot à trouver est : 
    HAGUIGNETES
Les anagrammes que j'ai trouvé sont :
Ange, angine, anisé, anisette, agité
gaine, gazette, gaze, génisse, Ginette, guise, guigne, guinguette
hanté, haute, hautain, hissé, hâte
innées, Inuit, inusité,
nuitée, 
sang, sanguin,, sainte, sage, signe, singe
tague, tangué, tain, teint
usé, usine, usité, unité.

Mon texte  : en utilisant quesques uns de mes anagrammes
De bon matin nous dûmes appeler le médecin,
notre bel ange Ginette était très agitée
elle gémissait comme une génisse
c'était vraiment une guigne, 
nous étions dimanche et notre médecin était certainement à son habitude
parti à la guinguette boire sa petite anisette
   
enfin il a pu être prévenu et arriva, en toute hâte,
il tanguait bien un peu, et avec le teint sanguin
mais il avait tout de même gardé son allure hautaine .
Puis après une longue oscultation il déclara.
Rien de grave, une angine.
et s'adressant à notre fille il lui dit gentiment
inutile de t'agiter comme un petit singe,
tu ne fais que faire monter la température.
Il faut rester sage pour vite guérir
Je reviendrais te voir demain et si tu as été bien sage
je t'offrirai une haguignète
Il fit une prescription 
que nous sommes allés en toute hâte porter chez notre pharmacie
Le lendemain la température avait disparue
et notre ange eut droit à sa récompense
                                                           ===============
Je viens rajouter un petit mot
Hier Jeudi en me levant
       20 cm de neige
et il en est tombé toute la journée
Pas d'électricité donc pas d'internet
et impossible de répondre à vos messages
Excusez moi mais comme ce matin
je me retrouve avec + de 80 messages
je ne pourrai pas vous répondre,
d'autant plus que hier nous avons du remettre
le rendez vous du médecin pour mari car nous étions bloqué chez nous
Et ce week end si la route le permet
j'ai les grands petits enfants qui viennent
Donc je vous retrouve Mardi si tout est rétabli
LES PHOTOS de Jeudi matin au levé

PC260032PC260031PC260021PC260020

PC260029PC260028

PC260023PC260026

PC260016PC260017

 

 

Les 2 roses que j'ai envoyé à notre ami 

Jean-Pierre ROSE

pour la rose du Samedi

PC260001

C'est tellement rare chez nous,

que j'ai voulu les immortaliser

                         ===========

 

je remercie et souhaite la bienvenue à mes 2 nouvelles abonnées

                                        ========

 

J'ai vu sur le dernier billet de notre amie Lylou-Anne de magnifiques héllebores

Je n'ai pas son talent, loin de là? mais

j'ai voulu modestement la copier et suis allée cueillir celles de mon jardin

                    pour vous les offrir 

         à vous toutes mes amies très chères

   de vos visites assidues et vos commentaires

    dont certains m'émeuvent énormément

                       MERCI

 

PC220003PC220004

 PC220005PC220006

 

JE VOUS EMBRASSE